http://www.paris-luxury-homes.com/?no_cache

Blog

Retour

Immobilier: la hausse des prix s’amplifie

08/09/2017

Partager

Au deuxième trimestre, les prix des logements anciens ont bondi de 3,4% sur un an à travers la France, selon les chiffres des notaires. Le phénomène de hausse s’amplifie en province comme en Île-de-France mais devrait se calmer dans les mois qui viennent.

Les prix des logements anciens en France ont continué à augmenter au deuxième trimestre 2017 par rapport au trimestre précédent, et progressent même de 3,4% sur un an, selon l’indice notaires Insee publié jeudi. Cette hausse enregistrée d’avril à juin, comparée à la même période de l’an dernier, s’amplifie et se révèle plus forte pour les prix des appartements (+4,2%) que pour ceux des maisons (+2,9%), selon ces données provisoires corrigées des variations saisonnières.

Au deuxième trimestre comparé au premier, les prix ont augmenté de 1%, avec une hausse toujours supérieure pour les appartements (+1,6%), comparée à celle des maisons (+0,6%) - un marché plus restreint, aux prix plus fluctuants. En île-de-france , la hausse des prix des logements anciens se poursuit, avec une progression de 1,3% d’avril à juin comparé aux trois mois précédents, «comme au trimestre précédent», indiquent les notaires. Sur un an, cette hausse des prix s’amplifie également: ils progressent dans la région de 3,9% au deuxième trimestre par rapport à la même période un an plus tôt, une hausse qui s’accélère pour les appartements (+4,9% et même +6,6% à Paris) mais concerne aussi les maisons (+1,9%). A Paris, la hausse est même de 6,6% en un an pour atteindre 8670€/m² tandis que les indicateurs avancés issus des avants-contrats indiquent que les prix devraient frôler les 8900 euros à l’automne. La variation annuelle des prix, quant à elle, resterait alors inchangée car les notaires anticipent une hausse des prix plus modérée d’ici octobre.

Nouveau record historique

En province, les prix des logements anciens progressent de 0,9% au deuxième trimestre comparés aux trois mois précédents, après une hausse de 1,2% de janvier à mars. Sur un an, la hausse des prix s’établit à 3,2%: ceux des maisons progressent de 3,1%, tandis que ceux des appartements gagnent 3,6%, précisent les notaires.

Quant au volume annuel de transactions, il continue de progresser. À fin juin, le nombre de transactions réalisées pendant les douze mois écoulés «atteint un nouveau record historique» de 921.000 contre 819.000 à la même période un an plus tôt. Et ce, dans un contexte de croissance du parc de logements existants d’environ +1% par an en moyenne, depuis 30 ans, précisent les notaires.